L'essentiel de l’actualité internationale du 15 octobre

Tentative de coup d’État en Libye, un maire veut interdire les prières de rue en France, l’Arabie saoudite reconnaît une bavure au Yémen, le Maroc déclare la guerre à la mendicité…

18:00  samedi 15 octobre 2016 | Par Yacine Babouche | Actualité 

Irak : des dizaines de morts dans un attentat antichiite à Bagdad revendiqué par Daech

L’État islamique a revendiqué un attentat suicide qui a fait au moins 34 morts et 36 blessés ce samedi dans le quartier chiite d’Al-Chaab, situé au nord de la capitale irakienne, Bagdad. Daech a revendiqué cette attaque via son agence de propagande, Amaq. Des responsables irakiens ont fourni différentes versions de l’attaque, affirmant pour certains que le kamikaze avait fait détoner sa ceinture d’explosifs dans une tente où des musulmans chiites recevaient des condoléances, d’autres assurant qu’il avait ciblé une distribution de nourriture à l’occasion des commémorations religieuses annuelles. L’attaque de samedi est la plus sanglante dans la capitale irakienne depuis le début du mois de juillet. (Lire)

Libye : 14 soldats tués à Syrte

14 soldats libyens ont été tués lors d’une offensive des forces loyales au gouvernement libyen d’union nationale (GNA) contre le dernier secteur tenu par l’État islamique à Syrte. Une source hospitalière libyenne précise que la bataille a également fait entre 25 et 30 blessés. La plupart des militaires tués ont été la cible de snipers. Ils ont été touchés à la tête ou à la poitrine. Les combats ont repris jeudi entre les combattants pro-GNA et les daechistes retranchés dans des maisons et des immeubles dans le district dit N°3 à Syrte. (Lire)

Yémen : l’Arabie saoudite reconnaît une bavure qui a coûté la vie à 140 personnes

Une enquête interne des autorités saoudiennes, dont les conclusions ont été révélées ce samedi, montre que la coalition en guerre contre les rebelles houthis au Yémen était bien responsable du bombardement contre des funérailles qui a fait 140 morts à Sanaa le 8 octobre. « En raison du non-respect des règles d’engagement et des procédures de la coalition ainsi que d’une information erronée, un avion de la coalition a visé de manière erronée cet endroit entraînant la mort et les blessures de civils », rapportent les enquêteurs de la coalition. L’Arabie Saoudite avait d’abord catégoriquement nié toute responsabilité. (Lire)

Attentat déjoué aux USA : ils voulaient frapper la communauté musulmane

Trois hommes ont été inculpés ce vendredi pour avoir planifié une attaque à la bombe dans le Kansas (centre des États-Unis) contre un immeuble hébergeant des immigrés somaliens et dans lequel se trouve une mosquée. « Ces inculpations s’appuient sur huit mois d’enquête par le FBI qui ont conduit les enquêteurs aux confins d’une culture cachée de violence et de haine », a expliqué Tom Beall, procureur du Kansas. Âgés de 47 à 49 ans, résidant au Kansas, Curtis Allen, Gavin Wright and Patrick Eugene Stein occupaient des positions clé au sein la milice blanche antimusulmans appelée « The Crusaders », « les croisés ». Ils ont été inculpés pour complot en vue de faire usage d’une arme de destruction massive et, s’ils sont jugés coupables, ils risquent la prison à vie. (Lire)

Égypte : frappes aériennes dans le Sinaï

L’armée égyptienne a annoncé ce samedi avoir lancé des frappes aériennes dans le nord de la péninsule du Sinaï, au lendemain d’une attaque de l’État islamique contre un poste de contrôle militaire qui a tué 12 soldats. Le nord du Sinaï est le repaire en Égypte des daechistes, qui infligent régulièrement des pertes aux forces de sécurité depuis que l’armée a destitué le président Mohamed Morsi en 2013. « Plusieurs formations de l’armée de l’air ont décollé à l’aube samedi pour une mission de reconnaissance des cibles (…) et mener des frappes aériennes concentrées qui ont duré trois heures », a annoncé le haut commandement militaire dans un communiqué, précisant que « les opérations sont toujours en cours ». L’armée affirme avoir visé « les repaires de groupes d’éléments takfiris armés, impliqués dans la préparation et l’exécution de l’assaut terroriste » qui a visé ses soldats vendredi. (Lire)

Libye : tentative de coup d’État contre le chef du gouvernement d’union nationale

La situation demeurait confuse à Tripoli ce samedi, quelques heures après une tentative de prise du pouvoir par l’ancien premier ministre Khalifa Al-Ghowel et ses partisans. Ex-chef du gouvernement issu du bloc politico-militaire de Fajr Libya (Aube de la Libye), proche des factions islamistes, Al-Ghowel n’avait plus été vu en public depuis l’arrivée dans la capitale libyenne le 30 mars de Faïez Sarraj, chef du gouvernement d’union nationale. Al-Ghowel a lu ce samedi un communiqué demandant à ses anciens ministres de « reprendre leurs fonctions » et « suspendant » dès lors les ministres travaillant actuellement sous l’autorité de Sarraj. Sa tentative de retour est le premier défi lancé à Sarraj au cœur même de Tripoli, où le gouvernement d’union nationale avait établi son autorité fragile mais non encore ouvertement contestée. (Lire)

Syrie : nouvelles négociations en Suisse

Après trois semaines de brouille, les États-Unis et la Russie recommencent aujourd’hui en Suisse à négocier sur la Syrie. Cette réunion à Lausanne, à laquelle participeront également les pays de la région impliqués militairement dans le conflit syrien, se tient dans une atmosphère particulièrement tendue entre la Russie et les Occidentaux. Même s’ils n’ont jamais rompu les contacts téléphoniques, c’est la première fois depuis fin septembre que Kerry et Lavrov se retrouvent pour négocier, aux côtés de la Turquie, l’Arabie saoudite et le Qatar, qui soutiennent la rébellion. L’Iran, engagé militairement aux côtés de Damas, a annoncé vendredi soir sa participation. Les pays européens, particulièrement la France et la Grande-Bretagne qui ont dernièrement adopté une ligne dure envers Moscou, n’ont pas été conviés. (Lire)

Antonio Guterres, nouveau SG de l’ONU : « La Syrie doit être une priorité pour nous tous »

Le nouveau Secrétaire général des Nations Unis, le Portugais Antonio Guterres, s’est attardé lors d’un entretien sur la question syrienne. « Le peuple [syrien] ne mérite pas cette situation, il faut à tout prix arrêter cette guerre », a-t-il déclaré, tout en reconnaissant que ses leviers d’action étaient faibles. « Le secrétaire général de l’ONU n’a pas le pouvoir d’arrêter un conflit, il n’a pas d’armée », continue-t-il. Mais il peut négocier, inlassablement. « Il peut faire des efforts de persuasion, il peut avoir une énorme détermination » pour mener des belligérants sur la voie du dialogue. Antonio Guterres « garde l’espoir » que les acteurs du conflit syrien puissent un jour s’asseoir autour de la même table pour discuter. (Lire)

WikiLeaks : Clinton a menacé d’entourer la Chine de missiles

Dans un discours privé devant des banquiers il y a trois ans, Hillary Clinton a fait savoir que les États-Unis avaient menacé d’entourer la Chine de missiles de défense si Pékin ne faisait pas davantage pour freiner le programme de missiles nord-coréen. C’est ce que révèlent des emails piratés de la candidate démocrate à la Maison blanche et publiés par Wikileaks. « Nous allons entourer la Chine de missiles de défense. Nous allons renforcer notre flotte dans la région », a déclaré Hillary Clinton, selon l’email en question. « Allez, la Chine. Ou vous les contrôlez, ou nous allons devoir nous défendre contre eux ». Les États-Unis ont fait connaître ces derniers mois leur intention de déployer leur système antimissile Thaad (Terminal High Altitude Area Defense) en Corée du Sud face à la menace constituée par les missiles de la Corée du Nord. (Lire)

La Russie dénonce le niveau d’« agressivité » sans précédent des USA

Le Kremlin a dénoncé ce samedi le niveau d’« agressivité » sans précédent des États-Unis, tandis que Washington accuse Moscou d’ingérence dans les élections présidentielles américaines. « Le fait est que l’imprédictibilité et l’agressivité des États-Unis augmentent », a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov. Vendredi soir, le vice-président des États-Unis Joe Biden a assuré que son pays allait « envoyer un message » au président russe Vladimir Poutine, responsable selon Washington de récents piratages informatiques orchestrés pour influencer les élections américaines. « Les menaces dirigées contre Moscou et notre gouvernement sont sans précédent parce qu’elles sont formulées au niveau du vice-président des États-Unis », a jugé Peskov. Considérant « ce contexte suivant une ligne agressive, une ligne imprévisible, il nous faut prendre des mesures pour protéger nos intérêts afin de couvrir les risques », a-t-il ajouté. (Lire)

La Russie « peut envisager » la livraison de système de défense antiaérienne à la Turquie

La Russie « peut envisager » la livraison de systèmes de défense antiaérienne à la Turquie, a déclaré le Kremlin ce vendredi, signe supplémentaire du rapprochement des deux pays après leur crise diplomatique de novembre 2015. « Différents systèmes de missiles sol-air ont été évoqués (pendant la visite de Poutine en Turquie) et si la partie turque le veut, la Russie peut envisager la possibilité de les fournir à la Turquie », a déclaré le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov. La chaîne de télévision turque NTV avait annoncé mardi, au lendemain de ces discussions, que la Turquie était disposée à examiner une éventuelle offre de la Russie pour un système de défense antiaérienne. (Lire)

France : après la fermeture de la mosquée, un maire veut interdire les prières de rue

Le maire UDI de Lagny-sur-Marne (Ile-de-France), Jean-Paul Michel, a appelé l’État à faire cesser les prières de rue dans sa commune, quelques mois après la fermeture de la mosquée car considérée comme « un foyer d’idéologie radicale ». Ces prières ont lieu quotidiennement sur une place de la ville, rassemblant jusqu’à une quarantaine de fidèles, qui protestent contre l’absence de lieu désormais pour exercer leur culte. « Je crains qu’ils cherchent à entraîner les jeunes du quartier. Le risque, derrière, c’est qu’il y ait une radicalisation, car il y a du prosélytisme. Il est absolument incompréhensible, alors que nous sommes en état d’urgence, qu’on ne puisse pas régler un problème de sécurité public. On demande que l’État fasse cesser ces troubles », a déclaré le maire. (Lire)

France : après la fermeture de la mosquée, un maire veut interdire les prières de rue

Le maire UDI de Lagny-sur-Marne (Ile-de-France), Jean-Paul Michel, a appelé l’État à faire cesser les prières de rue dans sa commune, quelques mois après la fermeture de la mosquée car considérée comme « un foyer d’idéologie radicale ». Ces prières ont lieu quotidiennement sur une place de la ville, rassemblant jusqu’à une quarantaine de fidèles, qui protestent contre l’absence de lieu désormais pour exercer leur culte. « Je crains qu’ils cherchent à entraîner les jeunes du quartier. Le risque, derrière, c’est qu’il y ait une radicalisation, car il y a du prosélytisme. Il est absolument incompréhensible, alors que nous sommes en état d’urgence, qu’on ne puisse pas régler un problème de sécurité public. On demande que l’État fasse cesser ces troubles », a déclaré le maire. (Lire)

Maroc : Mohamed VI appelle à une réforme de l’administration

Le roi du Maroc Mohamed VI a appelé ce vendredi les nouveaux députés et les fonctionnaires du royaume à assumer leurs devoirs envers les Marocains. « Sans citoyen, point d’administration », a-t-il déclaré. « L’objectif qui doit être recherché par toutes les institutions, c’est d’être au service du citoyen », a insisté le souverain marocain. Face à des fonctionnaires parfois irresponsables, beaucoup de Marocains s’en remettent directement au roi, lui demandant d’intervenir pour résoudre leurs problèmes (courriers, interceptions lors des défilés officiels…). « Si certains ne comprennent pas que des citoyens s’adressent à leur roi pour régler des problèmes et des questions simples, c’est qu’il y a maldonne quelque part », a réagi Mohamed VI dans son discours. (Lire)

Maroc : près de 9 000 personnes arrêtées pour mendicité depuis le début de l’année

Au Maroc, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a interpellé 8 593 personnes, dont 1 177 mineurs, 2 492 femmes et 415 ressortissants étrangers depuis le début de l’année dans le cadre de la lutte contre la mendicité. Les fouilles réalisées ont permis la saisie de 35 couteaux et de 22 boîtes de produits stupéfiants. Ces arrestations ont concerné au total 159 cas de mendicité avec violence ou menace de violence, 189 cas de mendicité avec exploitation de nourrissons et de mineurs, ainsi que 26 cas de mendiants se faisant accompagner de personnes en situation de handicap. (Lire)

Yacine Babouche

Journaliste politique, chargé de la rubrique International sur TSA-Algerie.com